À propos

La passion de créer, de revitaliser, de réutiliser, de recycler et de restaurer les objets pour la maison!

Il est difficile pour moi de cibler précisément le moment où j’ai développé ma passion des vieilleries et mon désir de les restaurer. À l’âge de 9 ans, ma mère est revenue avec un outil flambant neuf; une scie sauteuse, et dès lors, je me suis mise à construire des maisons de poupées. On peut dire que la construction est innée en moi. De là, il n’y avait pas une retaille de bois compressé qui était à l’abri de mes talents. Je construisais des maisons d’oiseaux, redécorais les cabanons de mes petites amies pour qu’ensemble nous puissions y jouer. Lorsque ces projets se mirent à m’ennuyer (et à devenir vraiment très poussiéreux), je me suis mise à redécorer ma chambre. J’étais chanceuse car ma mère me laissait faire et me prêtait main-forte lorsqu’elle voyait que j’avais besoin d’aide.

Mon amour des maisons chaleureuses avec du caractère n’a jamais diminué, mais en tant que jeune adulte et étudiante au cégep, mon budget était quelque peu serré. Ça ne m’a pas découragé car j’adorais passer mes journées à faire le tour des antiquaires et magasins de meubles usagers. À cette époque, j’ai acheté mon premier morceau ; un coffre en pin, que j’ai encore aujourd’hui. Je pouvais passer des heures après le souper, tasse de thé à la main, sous l’abri d’auto chez mes parents, décapant et sablant un meuble que j’utiliserais dans ma première “vraie” maison. La fabrication de meuble n’est venue que plus tard dans ma vie, suite à l’achat d’un chalet, car le budget était encore serré. Je me couchais sous les tables de salon pour voir comment ils étaient construits, j’achetais des livres, je demandais des outils en guise de cadeaux de fêtes et de Noël et construisais les choses moi-même. Je n’ai pas une formation en design ou en ébénisterie, seulement qu’un cours rudimentaire de la sécurité des outils que j’ai suivi à la polyvalente locale. Mes conceptions sont simples et j’aime me concentrer sur les détails et le finis. Ma conscience écoresponsable me pousse à utiliser tant du bois neuf que recyclés, car je déteste voir les choses finir leurs jours dans un dépotoir.

Le vitrail est venu beaucoup plus tard, en 2001 lorsque j’ai eu besoin d’un défi. J’avais des visions créatives qui mariaient les vitraux à mes pièces en bois. Je faisais du travail sur mesure pour une compagnie de cabinets dans ma communauté natale, une ville minière dans le nord du Québec.

En 2011, j’ai déménagé dans les Cantons-de-l’Est pour me refaire une vie et j’étais époustouflé par l’endroit. J’avais un accès facile à une foule de vieilleries. Depuis, je me plais énormément à travailler le vieux et le nouveau et j’ai débuté ma compagnie Sharon M pour la Maison afin de partager ma passion.

Toutes mes créations sont uniques. Je mets en valeur des produits restaurés, recyclés et nouveaux. Peu importe ce que je trouve, je le répare et le revends. Je construis des pièces qui s’inspirent d’autres. J’utilise le vitrail traditionnel qui incorpore du verre neuf et recyclé pour créer des oeuvres uniques. Je ne peux jamais faire deux créations identiques car il est difficile de prédire ce qui fera surface dans mon atelier. Je travaille avec une grande variété de matériaux alors il m’est difficile d’anticiper ce que je vais trouver. Je vois le potentiel en quelque chose, je l’aime, je l’utilise. C’est aussi simple que ça!

Alors bienvenue dans mon atelier! Revenez souvent, car de nouvelles créations sont ajoutées régulièrement!

Merci

—Sharon